Interview d'un spécialiste

Le lundi 19 Décembre 2011, nous avons rencontré Elvar DESNOS, spécialiste de l'addiction et consultant à l'ANPAA 14. Il nous a chaleureusement accueilli au sein de l'ANPAA (Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie) pour nous accorder un entretien visant à nous éclairer dans nos recherches. M. Desnos nous a principalement parlé de l'addiction au niveau comportemental et social. 

 

Nous avons été reçu au centre de prévention et de documentation de l'ANPAA 14. La Maison Des Addictions de Caen et le Centre de Cure Ambulatoire et Addictologie sont les deux autres sites de l'ANPAA 14 consacrés aux addictions en tout genre. 

Nous avions préalablement remis un questionnaire à Monsieur Desnos pour qu'il puisse préparer notre entretretien et pour qu'il connaisse nos attentes sur le sujet. Les deux grands points abordés étaient, premièrement le point de vue scientifique de l'addiction puis le point de vue social de l'addiction.

 

plan-acces-anpa-1-1.png

  Situation géographique de l'ANPAA.

 

Nous avons commencé notre entretien en parlant du point de vue scientifique de l'addiction. Monsieur Desnos nous a tout d'abord parlé du système de récompense et du système de plaisir impliqué dans l'addiction. Il nous a ensuite parlé de la dopamine et de la sensation de manque qu'elle pouvait entraîner. Bien évidemment, ce n'est pas son domaine de prédilection, donc il n'a pas pu approfondir ces points, mais cela nous a permis de trouver des pistes de recherches sur l'addiction au niveau du cerveau.

Nous avons ensuite abordé la question de "Comment détecter qu'une personne est accro?". La réponse est simple: une personne est accro à un objet à partir du moment où elle est dans l'incapacité de se passer de celui-ci. (Le terme d'objet était utilisé par Monsieur Desnos pour définir le comportement ou le produit dont la personne est dépendante.) La privation de ce produit peut entraîner un malaise et une sensation de manque pouvant devenir insupportable.

Les professionnels de l'addiction ne sont pas tous d'accord sur les causes de celle-ci. En effet, les scientifiques ont des thèses différentes des psychanalystes et des sociologues. M. Desnos nous a bien précisé que son avis pouvait être différent d'autres professionnels du secteur. Par exemple, certaines personnes disent qu'il y a plusieurs niveaux d'addiction possible. Monsieur Desnos disait lui que : on est accro ou pas à un objet, sans niveau intermédiaire.

 

new.png              

   Elvar Desnos lors d'une conférence au CRDP de Basse-Normandie le 18 Mars 2010.

 

Selon Monsieur Desnos, il existe deux niveaux d'addiction : Le niveau intime et le niveau social. Le niveau intime de l'addiction est ce qu'apporte l'objet au niveau personnel, c'est à dire ce qu'il peut apporter à l'individu, cela peut être un sentiment de bien-être, du réconfort etc.. Pour savoir ce qu'est le niveau intime nous pouvons nous demander "Pourquoi j'en ai besoin?". Le niveau social ne concerne pas uniquement la personne. Certaines personnes peuvent utiliser un objet pour s'intégrer dans un groupe par exemple. C'est souvent le cas du tabagisme chez les addolescents, qui fument pour se sentir populaires et qui deviennent souvent dépendants du tabac. Mais il ne faut jamais oublier que l'addiction procure une sensation de bien-être immédiat à la personne dépendante.

Nous avons enfin, pour finir l'interview ,abordé le question de "Comment rompre l'addiction?". Cette question est assez délicate, car l'addiction c'est théoriquement l'impossibilité de se passer d'un objet. Monsieur Desnos nous a dit que : le meilleur moyen de venir à bout d'une dépendance est d'arrêter complêtement la consomation du produit, sans jamais recommencer. Arrêter petit à petit n'est pas une bonne solution. Mais pour quelqu'un de dépendant, arrêter est extrement difficile, c'est pour cela qu'il faut absolument se faire suivre et aider par un professionnel.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site